Visite Guidée du Château d'Allègre

☜ ☜ Retour page précédente

L'Ensemble Palatial (suite):

 La face Est de l'Ensemble Palatial. La tour en surplomb de la falaise comporte plusieurs ouvertures intéressantes, l'une a vu ses pierres pillées ce qui menace aujourd'hui la stabilité du mur, par contre les autres sont parfaitement conservées.

 

 

 

                                      

 

 D'abord deux belles meurtrières et, au dessus, une belle fenêtre a linteau monolithe avec arc de décharge 

 

 

 

 

 

⇑ Cette fenêtre est en fait une porte qui donnait sur un balcon en bois comme l'atteste la présence de quatre "trous de boulins" dans lesquels étaient fixés les poutres du dispositif en encorbellement.

 
                                     

La face interne de la fenêtre précédente.

Une fenêtre de la face sud à laquelle on accède par trois marches monolithes

 

La découverte d’une huilerie au sous-sol modifie la vision stéréotypée de la demeure seigneuriale, considérée comme le symbole du pouvoir notamment militaire:

Elle est constituée d'un premier bassin de décantation, construit au dessus d'une salle voutée servant de stockage, s'écoulant dans un autre bassin semi-circulaire par l'intermédiaire d'une gouttière taillée dans un bloc monolithe calcaire. Trois marches facilitent l'accès au bassin supérieur, tandis qu'à droite une trappe donne sur la salle de stockage.

A gauche de l'ensemble un passage débouche sur une porte ouverte dans le bas du mur sud. Comme cette porte débouche directement sur la falaise, on suppose qu'un platelage en bois, supporté par des poutres dont on peut voir les trous d'encastrement, supportait un système de levage pour faciliter le transport des olives depuis les oliveraies qui se trouvent encore encore de nos jours au pied de la falaise.  

Dès le XIVème siècle, l’exploitation des olivettes représentait une part importante de l’activité agricole de la coseigneurie.

Les récoltes constituaient des bénéfices non négligeables pour la communauté.

L’intérêt des oliveraies apparaît clairement à la lecture des droits de propriété et des limites d’exploitation qui firent souvent l’objet de contestations entre les coseigneurs et les habitants d’Allègre.

La production semble avoir été prospère au cours des XIIIème et XIVème siècles. De nombreux tessons de poteries grise ou de céramique vernissée, provenant de l’Uzège, caractérisent cette période. Une pièce de monnaie frappée au Puy, laisse entrevoir l’existence de l’huilerie dès la fin du XIIème, début du XIIIème siècle.

 

                            

Détail du bassin semi-circulaire et de l'écoulement.           La salle de stockage en partie taillée dans le rocher

Tout cet ensemble n'est pas visible actuellement car une couche de terre le recouvre afin de le protéger des dégradations.

 

Sur cette photo on peut voir en bas à droite la porte rectangulaire donnant accès à l'huilerie (elle est bouchée par mesure de sécurité), en haut à gauche il s'agit de la petite fenêtre dont nous avons vu plus haut la face interne avec ses trois marches d'accès. L'ouverture centrale était peut-être similaire à la fenêtre de la face ouest, les belles pierres de taille ayant disparu depuis fort longtemps.



 

Bâtiments Sud - Maison Sud-Est:

 

 

A l'Est de l'Ensemble Palatial s'allonge une muraille en plus ou moins bon état que l'on date des XIVème et XVème siècles:

A part un trou informe et béant témoin d'une belle fenêtre dont l'encadrement a été pillé lorsque le château s'est trouvé à l'abandon, cette façade présente peu d'ouvertures: deux meurtrières de part et d'autre du mur et une fenêtre rectangulaire éclairent les salles qui se trouvaient derrière.

 

                      

Deux vues de la muraille posée sur l'extrême bord de la falaise  

 

L'ensemble était constitué d'une tour-salle suivie, après une petite courtine, d'un bâtiment de garde.

Vu de l'intérieur du château il ne reste plus que des traces des habitations de ce secteur: des fondations et quelques élévations de murs perpendiculaires à la façade Sud,les façades internes ayant totalement disparu:

 

            

Des vestiges branlants qui risquent la chute dans le vide à chaque orage

 

       

On y trouve toutefois les traces d'un placard mural (ou latrine ?)

 

                 

Et quelques étroites ouvertures

 

Un peu en dessous du bâtiment de garde, un pan de mur émerge de la végétation; il s'agit de la Maison Sud-Est:

En haut un pan de mur de la maison de garde, au premier plan vestiges de la Maison Sud-Est

 

 

Deux autres vues de la Maison Sud-Est

 

On voit ici que le mur présente un décrochement sur lequel reposait un plancher, la pièce inférieure est presque totalement comblée par les ruines de la maison mais on aperçoit tout de même le haut d'une fenêtre.

 

  

La fenêtre en question.                     L'angle du mur sud de la maison



Maison Noble Est:

 

 

Un peu isolée à l'extrémité est du château, la Maison Noble Est se présente encore aujourd'hui dans son élévation presque entière; seuls les toitures, planchers et bien sûr les encadrements des plus belles ouvertures ont disparu. Toutefois d'énormes fissures parcourent les murs de sa partie nord et mettent en péril la pérennité de l'édifice.

 

  Ce bâtiment est quasi aveugle sur trois de ses faces (sud, est et nord); le mur est, parallèle à l'arrivée du chemin Royal venant d'Uzès, comporte toutefois deux petites ouvertures semi circulaires surmontées de deux meurtrières verticales.

 

 

⇐ Discrètes en façade, ces ouvertures sont de belle facture à l'intérieur.

Le mur ouest, tourné vers l'intérieur de l'enceinte du Château possède les ouvertures principales  ⇓                                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux portes en plein cintre donnaient accès à chacun des deux niveaux, leur proximité est étrange et a rendu la stabilité du mur très aléatoire après le pillage des pierres de taille de l'encadrement, par chance les pilleurs nous ont laissé le côté gauche de la porte supérieur ayant peut être eu peur de prendre le mur sur la tête en arrachant les pierres. Sur la droite du bâtiment se trouve une fenêtre rectangulaire et une meurtrière.

 

  Cette vue rapprochée permet d'apprécier la qualité de taille des pierres.         

             Le dessin ci-dessous restitue l'apparence de cette façade 

                                                                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La réalisation de ce bâtiment du XIIème siècle se limite à quatre murs périphériques, l'étage intérieur étant constitué d'un plancher reposant sur deux moulures semi-circulaires que l'on aperçoit à mi-hauteur des deux grands murs, le tout était surmonté d'une toiture à double pente en " Lauzes " calcaires.

 

Le mur ouest comporte des niches sur sa face interne.

 

                                      

Détail d'une niche.                              Détail de la meurtrière ouest .

 

La colline s'élevant progressivement après le Chemin Royal et en direction de la Chapelle Saint Saturnin, la Maison Noble Est était fortement exposée aux lancer de projectiles de toute sorte, aussi, pendant la Guerre de Cent Ans, fut construite une surélévation du mur côté Est pour protéger la toiture.

 

         

 Surélévation bien visible, les reconstructions successives montrent que le mur n'a pas toujours été efficace

 

Le mur a été posé directement sur les Lauzes du toit, les parties reconstruite sont beaucoup moins soignées que les parties originales.

 

 

Des ouvertures d'écoulement des eaux sont disposées à intervalle régulier.

 

 

 

la Lauze d'extrémité a une longueur exceptionnelle (1,75m).

 

 

 

Cette vue en contre-plongée d'un angle de la bâtisse permet d'apprécier la qualité des constructions du XIIème siècle.

Le rocher support s'étant fracturé lors d'un séisme, d'inquiétantes fissures parcourent les murs    

 

 

C'est tout le mur Nord et l'angle Nord-Est qui s'affaisse, des mesures conservatoires sont envisagées.



Bâtiments Nord - Tour Nord-Est:

 

Quand on aborde le Château par le pré Nord, la partie visible de cet ensemble est imposant pourtant il ne s'agit que de la Tour Nord-Est; le Bâtiment Nord, situé derrière l'arbre à droite de la photo, ne possède plus que ses soubassements.

 

⇑ Sur cette vue, depuis l'intérieur du Château, il ne reste que peu de choses du Bâtiment Nord, de construction datant du XIIème siècle, qui était pourtant constitué d'une tour carrée et d'une salle adjacente dont on aperçoit le rez de chaussée à gauche de l'image.

 

 

⇑ Les vestiges du Bâtiment Nord vu du sommet de la Tour Nord-Est et vue de la salle adjacente

 

 

La salle adjacente avec l'escalier d'accès à son rez de chaussée 

 

⇑ Lors de fouilles effectuées en 2004, furent mis à jour le sol orignal de la salle ainsi qu'un système d'évacuation d'eau.

 

                     

deux vues détaillées de ce canal couvert d'évacuation des eaux

 

La sortie du canal d'évacuation

 

 

Les vestiges de la tour carrée

 

L'élément le plus visible de cet ensemble est la Tour Nord-Est qui présente encore aujourd'hui la majeure partie de son élévation, la qualité de son appareillage est remarquable.

 

             

Elle est constituée d'une tour homogène de section rectangulaire (vue d'en haut ici à gauche) à laquelle est accolée une construction plus étroite et de plan irrégulier (ici à droite).

  

 


⇓ La partie droite n'est éclairé que par une étroite meurtrière ⇒

 

                     

 

Etroite meurtrière qui cache bien son jeu car la face interne révèle une élégante ouverture

 

Les murs ouest et sud de cette partie de la tour sont aujourd'hui effondrés, la cause probable étant l'affaiblissement de la muraille due au pillage des encadrements de la porte et peut-être d'une fenêtre plus importante qui aurait pu se trouver sur cette face interne moins exposée à une attaque, ceci est une hypothèse car aucun document ne précise la présence d'une fenêtre, seule la photo de 1910 ( voir la page "A travers les siècles" ) permet de distinguer la présence à cette époque du pignon sud de la tour:

 

Vue extérieure et intérieure du seuil de la porte d'entrée

Cette tour présente une autre particularité remarquable heureusement épargnée par l'effondrement du mur ouest. En effet cette tour est équipée de latrines (équipement courant au XIIème siècle alors qu'il est absent des châteaux plus récents), ce qui est remarquable c'est la superposition de ces latrines (une pour chaque étage) avec chacune son conduit d'évacuation, regroupés en une sortie externe unique: 

                 

⇑ Les latrines superposées (des pierres arrachées mettent à jour le conduit des latrines supérieures) et le plan de construction.

 

                             

⇑ Détail de la latrine inférieure et du siège (on voit bien le conduit de la latrine supérieure) ⇑

Une porte fermait le réduit pour éviter la remontée des odeurs, mais, vue l'étroitesse du réduit, l'utilisation se faisait porte ouverte avec les pieds reposant sur la plancher de la salle.

 

La sortie des conduits des latrines au pieds de la tour

                   

Détails de la sortie

 

 

L'extension de la tour, à l'Est, comporte deux ouvertures importantes

L'accès se faisait par une porte donnant directement sur le premier étage, elle a malheureusement perdu les pierres de son encadrement et son arc en plein cintre mais on peut toujours voir le système de fermeture de la porte; une autre porte, à l'étage supérieur, remarquablement conservée, donnait sur un balcon charpenté en encorbellement dont on peut voir les quatre trous d'encastrement des poutres de support:

                                     

Le système de fermeture de la porte.        La porte supérieure et les trous d'encastrement du balcon

 En haut, à gauche de cette dernière photo, se trouve un dispositif d'écoulement des eaux formé de deux tuiles romaines encastrées dans la maçonnerie, il s'agit de l'extrémité d'un canal en tuile situé dans l'épaisseur du mur latéral récupérant l'eau d'une toiture dont les "lauzes" sont prisonnières du mur ⇒

Détails du haut des murailles et du canal en tuiles romaines

 

Vue intérieure de l'extension et détails de la fenêtre supérieure  

        

Pour finir, les fouilles de 2004 ont mis à jour, à l'intérieur de l'extension, un canal de récupération des eaux: 

    

Ces détails sont à nouveau recouverts de terre actuellement afin de les protéger des dégradations malheureusement inévitables sur un site ouvert et libre d'accès.

Suite de la Visite ☞ ☞


Date de dernière mise à jour : 30/10/2013

Sword